06/06/2006

Weekend – Le vendredi de Bulle de savon

Tout commence bien, s’annonce même à merveille.
 
Vendredi soir, le weekend commence bien, petit souper en amoureux comme je les aime et sur l’initiative de P’tit plus. Quelques confidences piquantes, moment agréable, nous sommes serein, même si mon manque de confiance pointe de temps en temps son nez au détour du repas et que certaines des confidences intimes de P’tit plus provoquent chez moi, une douleur sourde dans le ventre… Mais, je surmonte facilement…
 
L’excitation nous envahit, pas de tralala inutile, on se retrouve dans la voiture sur le parking et nos mains partent rapidement à la découverte de l’autre, doigts magiques sous une jupe, mains caressantes desserrant une ceinture, le désir augmente, pas envie d’attendre d’être à la maison…
 
P’tit plus recule son siège, une culotte vite enlevée et me voici glissant doucement sur son intimité masculine. L’excitation d’être surpris ajoute à notre désir…
Quelques personnes sont passées ont jeté un bref regard mais ce sont des gens bien élevés et personne n’est venu nous déranger… Merci à eux…
 
Nous rentrons heureux, détendus et re - énergétisés.  Le Sibérien (frère de P’tit plus) est de passage ce weekend, envie d’aller boire un verre, oui pourquoi pas…
 
Mais une demi heure plus tard on n’a pas encore décollé et je commence à m’assoupir dans le divan, de plus des douleurs abdominales m’assaillent. Ils décident enfin de lever le camp mais moi je ne saurai plus.
 
Pourtant, mes angoisses resurgissent : « et si je le laisse partir avec Le Sibérien, puis-je lui faire confiance ? Et s’il rencontre une autre fille ? Je ne serai pas là ? Et Le Sibérien est plutôt du genre à le pousser à faire des conneries, il a du mal avec le respect et la notion de fidélité quand il s’agit de nanas… Et je devine trop bien que je ne suis pas le genre physique de P’tit plus et qu’une baise une fois avec une fille taille 34-36, soutif 80-85B-C maxi, petit cul rond, et traits fins l’émoustillerait tout particulièrement et que la boisson aidant, refuser serait pure folie… »
 
Voilà où j’en étais à minuit 30 quand ils décident de partir et que moi, épuisée et cramponnée à ma douleur, je décide de rester tout de même à la maison et d’avoir CONFIANCE…
 
Ils sont rentrés oooh miracle à 3h30, P’tit plus m’a rejoint au lit, saoul mais ça je m’en doutais… Pas envie de poser de questions à ce moment là, juste  « Tout c’est bien passé ? »  « Oui, mais j’ai trop bu »

12:08 Écrit par bulle de savon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.