14/02/2006

Vapeurs d'alcool et plaisirs du weekend

Après un souper au resto avec X. (le Sibérien, frère de P'tit plus), Y. (l'Aventurier), sa copine et P'tit plus, après un début (minuit) de soirée bien arrosé, direction le café habituel, où plus rien n'a de sens, ou plutôt tout prend un sens différent. On s'y sent bien, on se laisse aller à des confidences, on a pas peur de montrer, exprimer les liens qui nous unissent. Beaucoup d'amour entre nous et de vapeurs d'alcool.
Le Sibérien exprime son désir, que je ne rejette pas, que j'accepte à demi mot, tout en balisant et sans oublier P'tit plus.
Et puis 6h du mat, Bulle de savon est out, hors du temps, de la réalité.
6h30, le retour, Bulle de savon assise sur les genoux du Sibérien dans la voiture, les bosses de la route et celle qui tend de plus en plus le tissu de son jeans, de plus en plus présente. Je sens son désir monter, sa respiration s'accélérer... Je ne dis rien...
7h ou 7h30, je ne sais plus... Bulle de savon est de plus en plus fatiguée. Le corps et l'esprit dans les brumes. On se retrouve tous les 3 dans La Bulle mais là pour moi, c'est la fin. Il est temps. Direction mon meilleur ami, le lit. Il me faudra peu de temps pour être dans les bras de Morphée.
Combien de temps après, je ne sais pas... le plaisir dans le bas ventre, une langue, deux mains qui parcourent mon corps, s'arrêtent sur mes seins.
Je ne sais si c'est la réalité, et puis pas trop l'envie, ni la force de savoir.
Le Sibérien, lentement remonte, sa virilité vigoureuse s'insinue lentement en moi... je ne sais plus où je suis, je suis beaucoup trop loin, pas la force de m'éveiller. Mon corps bouge, suit ses mouvements, va et vient malgré moi, malgré tout.
Et puis, l'esprit reprend le dessus, je remet un peid dans la réalité. Je ne veux plus, je ne veux pas continuer, je veux qu'il arrête... Où est P'tit plus, pourquoi il n'est pas auprès de moi?
On avait un pacte depuis les premiers plaisirs à trois, je ne voulais pas vivre un plaisir sans lui, il devait être là, je ne voulais pas être sans lui, sans la force de son amour...
Que s'est t'il passé?
Là c'est le clash, heureusement, il vient, je réalise que mon esprit n'a jamais dit oui au Sibérien, mon corps lui a voulu mais pas ma tête. Je voulais juste dormir rien de plus.
Je ne regrette rien, mais j'aurai aimé que se soit tout mon être qui dise oui. Rien ne remplacera P'tit plus et le désir incroyable, toujours montant que nous éprouvons l'un pour l'autre.
Cela restera de belles expériences...Nous savons tous les trois que bientôt, quand I. (amour Sibérien du Sibérien) sera là, nous reprendrons tout trois une relation entre nous normale, avec tout de même une complicité et une compréhension différente qui rendra cette relation pas banale.

16:37 Écrit par bulle de savon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.